Marché des Grands Vins : trouver la stabilité avec le champagne

Selon nos amis britanniques du Liv-ex, cette semaine, le télétravail étant devenu la nouvelle norme, le vin est devenu une denrée de base. Les casiers à vin se sont effectivement remplis en prévision d’un confinement prolongé. Depuis que de nombreux rayons de supermarché ont été vidés, les acheteurs se sont déplacés en ligne pour effectuer des achats supplémentaires. Le détaillant en ligne Naked wines a même dû, selon certaines informations, reporter temporairement des commandes pour garder le contrôle sur les ventes. Tous les bénéfices vont donc à ceux qui sont capables d’approvisionner les marchands et les acheteurs en ligne. Il en va de même sur le marché de gros des vins fins avec une augmentation des volumes et de la valeur des échanges, bien qu’à des niveaux de prix légèrement inférieurs.

Historiquement, le champagne a toujours bien performé en période d’incertitudes. C’était par exemple la boisson de choix de Winston Churchill  (surtout du Pol Roger) pour les dîners organisés pendant la guerre. L’indice Liv-ex Champagne 50 reflète cette position forte. L’indice a tenu bon pendant la crise financière de 2008-2009 et est resté en territoire positif tout au long du ralentissement général du marché en 2011-2014. Alors que les actifs classiques connaissent des niveaux de volatilité extrêmes, le champagne reste une valeur stable. Le Dom Pérignon 2008 a été le vin le plus vendu de la semaine en valeur.

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :