Mumm-Perrier-Jouët annonce une stabilisation de son prix du kilo de raisins !

Petite réunion à la maison Cordon Rouge au champagne Mumm à Reims en présence de César Giron, président de Martell Mumm Perrier-Jouët et Christophe Danneaux, directeur de l’activité Champagne de MMPJ. Le but : annoncer la stabilisation du prix du kilo de raisins en Champagne pour leur groupe. Une sacrée annonce dans un monde où le kilo de raisins est le plus cher du monde (lire ici le post sur les prix du kilo en 2019).

Donc sur le principe de “sachons raison garder”‘, pour César Giron explique que cette décision est marquée au coin du bon sens. Déjà, le président MMPJ observe un recul des marchés depuis 2013 de -12% “, qu’il met en parallèle avec le prix du kilo de raisin “également de 12 %. Puis, il indique que “depuis trois ans, le prix du raisin a augmenté de dix % alors que le marché a baissé de 10 %” ( en septembre : -6% pour la France, -2, 10% pour l’export, soit -1, 60% sur le volume total par rapport à 2018) .

Pour le côté aval, là aussi, la situation n’est pas glorieuse, avec ce phénomène des vases communiquants du prix du raisin répercuté sur le prix de la bouteille qui pourra un jour rebuter un consommateur. À cela on pourrait ajouter que la loi Egalim n’a pas aidé le champagne sur le marché français (mais de toute façon pour César Giron, “la déflation économique, c’est une saloperie !” ), que le Brexit ne va pas améliorer les choses sur le marché UK et que le champagne peut être inscrit sur la prochaine liste du gouvernement Trump (en février). Bref, la liste est longue, le constat amer et t les bonnes décisions sont à prendre.

 “Nous n’avons plus d’excuses”

Pour César Giron, même s’il faut être prophète en son pays, c’est de l’export que vient le salut. Pas à tort. Si  la pénétration sur certains marchés prometteurs  est encore faible, ce sont les cuvées à  belle valeur ajoutée qui y sont vendues. De plus faut-il le rappeler, Chine, Japon, Afrique, Inde…le groupe Pernod-Ricard possède 80 filiales dans le monde. Donc pour évoluer, le patron de MMPJ a dressé une feuille de route : “ déjà nous devons investir encore et encore dans nos maisons de champagne qui jouent un rôle déterminant dans le portefeuille des marques de Pernod-Ricard. Ensuite, nous devons offrir à nos consommateurs des vins affichant une traçabilité sans faille. ” Nous n’avons plus d’excuses. Ce n’est pas un choix, ce n’est pas une alternative, mais une obligation”. Et ceci entraînant cela : ” Nous allons stabiliser le prix du kilo de raisins “. Attention, ne paniquons pas encore en Champagne ! Cette stabilisation est accompagnée de quelques nuances :  déjà elle ne concerne pas les Grands et Premier crus et certaines “régions”Et surtout :  ” nous allons ajouter 25 centimes de prime sur le prix à ceux qui nous livreront des raisins certifiés (VDC, HVE…) et nous accompagnerons ceux qui désirent nous suivre en les aidant dans leur certification”.

Du beau et du propre, la démarche de Mumm-Perrier-Jouët se veut novatrice. Une vraie démarche qualitative pour tendre vers cette fameuse valeur ajoutée des cuvées de prestige commercialisées sur à l’export voire sur le marché français. À cela on pourrait ajouter que si le vignoble “Mumm-Perrier-jouët” est certifié VDC,  50 % des approvisionnements ne le sont pas. Donc il s’agit la d’un réel tournant politique en matière d’environnement pour la maison.

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.