Accueil MAISONS  Moët & Chandon plante 1743 arbres pour lancer son programme Natura Nostra

 Moët & Chandon plante 1743 arbres pour lancer son programme Natura Nostra

La Maison Moët & Chandon a dévoilé son programme d’agroécologie « Natura Nostra »* avec pour ambition la création de 100 kilomètres de corridors écologiques en champagne entre 2022 et 2027.

Ce programme d’actions destiné à accélérer la transition écologique en faveur d’une plus grande biodiversité et à protéger la faune et la flore en Champagne. 1743 arbres seront ainsi plantés par les collaborateurs de la maison, diversifiant les écosystèmes naturels présents sur les terres de Fort Chabrol (l’institut de recherche viticole et œnologique Moët et Chandon). Rappelons que 1743 est l’année de fondation de Moët & Chandon : un nombre symbolique pour la maison, qui consacre ainsi sa date de création et son engagement pluriséculaire à la préservation de la nature.

Ce 25 novembre a donc marqué la première action de ce programme d’envergure et le début d’une initiative amenée à se déployer durant plusieurs années sur les domaines viticoles et les sites historiques de Moët & Chandon  Dès 2022, 10 kilomètres de corridors écologiques dans ses grands domaines vont être créés. Ces repères végétales et aquatiques permettront d’assurer un cycle de vie naturels aux espèces animales et végétales. Cet équilibre écologique sera non seulement bénéfique à la biodiversité mais aussi à la régénération des sols.

Berta de Pablos-Barbier à Fort Chabrol pour le lancement de « Natura Nosta »

«  Le programme a vocation à s’intensifier dans les cinq prochaines années »

Entre 2023 et 2027, l’objectif de la maison sera d’associer à cette démarche le plus grand nombre de partenaires, parmi lesquels les vignerons-partenaires, les mairies, les collectivités locales ainsi que les acteurs de la grande culture. A terme, ce sont plus de 100 kilomètres d’écosystèmes diversifiés qui habilleront les terres de Champagne : un chiffre particulièrement significatif à l’échelle de l’appellation. Pour Berta de Pablos-Barbier, présidente de Moët & Chandon : « Ce programme renforce notre volonté de préservation de notre patrimoine naturel, qui est au coeur de la vision de Moët & Chandon depuis 1743. Nombre d’avancées permises par la maison, parmi lesquelles la lutte contre le phylloxéra au début du 20ème siècle, ou le développement de la certification Viticulture Durable en Champagne il y a plus de 10 ans, façonnent aujourd’hui les contours d’une viticulture plus responsable.  Porté avec fierté par nos collaborateurs, le programme a vocation à s’intensifier dans les cinq prochaines années. Il sensibilisera le plus grand nombre aux enjeux de la biodiversité en Champagne, donnera à tous les moyens d’agir, et contribuera à pérenniser collectivement notre patrimoine naturel. »

D’autres initiatives continueront d’être menées par la Maison : l’éco-pâturage dans les vignes en forte pente, le fauchage différencié dans les talus, le repos des sols avec des jachères mellifères, les couverts végétaux dans les vignes afin de développer l’agriculture régénératrice, un conservatoire de la biodiversité des cépages ou l’aménagement de ruches dans les domaines de la Maison qui en compte déjà plus de 70. Autant d’actions d’agroécologie qui concourent à la préservation de la biodiversité locale.

Une exposition artistique à Fort Chabrol 

Afin de visualiser les impacts de cette initiative sur les paysages et les écosystèmes locaux, Moët & Chandon inaugure l’exposition « Fort Chabrol, la biodiversité de demain dès aujourd’hui » organisée au sein même du site. Réalisée par Emmanuelle Chevalier, aquarelliste champenoise, cette exposition offre à ses visiteurs un véritable pont dressé entre le présent et le futur du lieu, et une représentation artistique des bienfaits de l’initiative pour la biodiversité. Ouverte aux écoles environnantes, aux riverains et aux associations locales selon les contraintes sanitaires en vigueur, cette exposition s’inscrit dans une démarche de sensibilisation des différents publics aux richesses de la biodiversité champenoise, et ainsi à leur nécessaire préservation.

*Notre nature


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Article précedentPour les fêtes, Nicolas Feuillatte crée la #ruedesbulles à Paris
Article suivantCoiffes, cartons, étiquettes… Comment vit-on la pénurie des matières sèches en Champagne ?

1 COMMENT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.