Nicolas Uriel, chef de caves de la maison Thiénot

Elles n’entrent pas dans ma série « sous le sapin de noël » ! Les quatre nouvelles cuvées de la maison Thiénot ne font pas partie d’un concept de fêtes de fin d’année même si elle sortent des caves bien à propos. Même si c’est un peu antinomique, il s’agit de nouveaux millésimes. C’est Nicolas Uriel, chef de caves de la maison qui les présente. On commence avec le beau millésime 1999.  Le T-Sélection Alain Thiénot 1999, qui succède au 1996. Rendons à César…c’est Laurent Fédou, son prédécesseur, qui a élaboré ce dernier avec la très jolie vendange 1999. Issus des vignobles en Grands crus et Premiers crus de la maison (Aÿ, Vertus, Avize et Rilly-la-Montagne), le T-Sélection Alain Thiénot est composé de 60% de chardonnays et de 40% de pinot noir. La cuvée est dosée à 4gr/l. (prix 150 euros)

On continue avec la Vigne aux Gamins 2007, un blanc de blancs. La Vigne aux Gamins provient d’une parcelle de vignes situées à Avize âgées de plus de 60 ans qui bénéficient de deux atouts majeurs : la forte présence de la craie et un bon niveau de millerandage permettant d’obtenir des raisins bien matures. C’est un extra-brut dosé à 4 gr/l. Seul 3 613 bouteilles et 800 magnums ont été tirés pour ce millésime (120 euros la bouteille, 280 euros le magnum).

En avançant dans le temps, voici la cuvée Thiénot Vintage 2009. Cet assemblage de chardonnays et pinots noirs, principalement en Premiers et de Grands crus (Mesnil-sur-Oger, Chouilly, région d’Epernay pour le chardonnay et Cumières, Aÿ, Montagne de Reims et Ouest de Reims pour le pinot noir, est dosé à 8 gr/l (39 euros)

Et on termine avec la cuvée Garance 2010. Une cuvée dédiée à Garance Thiénot, fille du fondateur de la marque, Alain Thiénot. Juste pour l’anecdote, c’est après la vendange 2002 qu’Alain Thiénot crée un blanc de noirs millésimé. Il le baptise du nom de sa fille qui vient de rejoindre la maison familiale. C »est un pur pinot noir. Dosés à 6 gr/l ce blanc de noirs est issu de Premiers et Grands crus de la Montagne de Reims (Aÿ, Cumières et Rilly-la-Montagne) avec toutefois une note auboise celle des Riceys. (80 euros en magnum).

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.