Accueil Marques Samuel et Céline Leclert créent Alethéia, une marque de champagne pour aider...

Samuel et Céline Leclert créent Alethéia, une marque de champagne pour aider les femmes victimes de violences

Céline et Samuel Leclert

C’est l’art du japonais du Kintsugi, l’art de réparer ou de la résilience, qui est à l’origine du concept de Samuel Leclert, ancien militaire, responsable d’une structure viticole et Céline Leclert, spécialisée dans le marketing, un concept liant viticulture et solidarité, champagne et humanisme.

Ces deux champenois au parcours différents dotés d’un même sens du devoir vis-à-vis de la société ont décidé de créer une marque de champagne. Une marque de champagne baptisée Aletheia (la vérité en grec). « Aujourd’hui nous avons créé et structuré un concept, totalement abouti, extrêmement innovant dont le but est d’aider des femmes victimes de violences ainsi que leurs enfants, en leur apprenant les métiers de la vigne et du vin. Nous apportons une solution de reconstruction sur le long terme pour qu’elles ne retombent pas dans les mêmes schémas ou par manque d’accompagnement ou par obligations… Imaginez une marque dont chaque femme sur cette terre pourrait se dire “j’en suis l’égérie”, quel que soit son origine ou son physique ; imaginez une marque dont les bénéfices serviraient en grande partie à soutenir des actions pour les femmes en France et ailleurs dans le monde. Des actions éducatives, sociales, culturelles, humanitaires » explique Samuel Leclert. Qui ajoute : « les entreprises mettent l’accent sur l’environnement ce qui est important, mais Le S est trop souvent oublié. La responsabilité sociale ou sociétale est presque totalement exclue des débats. Même dans le monde du vin ».

« Un partenariat win/win »

Pour donner vie à cette marque, l’objectif de Samuel et Céline Leclert est de nouer des partenariats avec des maisons de champagne : « on souhaiterait que certaines nous aident en nous cédant une quantité de bouteilles négociées. Cette quantité serait travaillée par les personnes de notre structure. Les bénéfices générés par la vente de ces bouteilles étiquetées à notre nom et mettant en avant le cobranding permettraient de créer des actions envers les personnes fragilisées. Grâce à ces partenariats, nous espérons également pouvoir exploiter une petite portion de vigne, ce qui constituerait le support pédagogique indispensable au parcours professionnel et reconstructif des personnes que nous accueillerons. Si nous commençerons par les métiers basiques de la vigne et de la cave, nous pourrons ajouter d’autres métiers connexes offrant ainsi encore plus d’horizons possibles pour le choix de leur avenir. Pour Samuel Leclerc, “ce partenariat win/win nous permettrait de bénéficier de l’immense renommée de nos partenaires et en contrepartie, soutenir une telle action ne pourra avoir que d’importantes retombées positives sur l’image des maisons partenaires surtout en ce moment où ce combat devient enfin médiatique et où de grands groupes du luxe renforcent leurs politiques RSE”.

Le projet est ambitieux, car il ne s’agit là que d’une première étape : “nous pourrions élaborer nos propres cuvées ultra qualitatives avec notre propre outil de production, réalisées par des femmes fragilisées en réinsertion tout en renforçant nos partenariats de départs et en développant nos actions et par la suite étendre ce concept dans d’autres régions viticoles de France et pourquoi pas dans d’autres pays. Une utopie ? Non, une réelle opportunité pour notre métier !”.

Pour les contacter : Champaletheia@outlook.fr

 


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Article précedentVentes dans les grandes surfaces 2020 : le champagne n’a pas trop « trinqué » !
Article suivantLa PN VZ16 de la Maison Bollinger vient de sortir