Vendanges 2019 : des années à « grandes bouteilles » pour Dominique Demarville (Veuve-Clicquot)

À la veille de sa dernière vendange chez Veuve-Clicquot, le témoignage de Dominique Demarville ne se démarque pas de ceux apportés par ses confrères et amis. À l’instar de Cyril Brun (Charles Heidsieck) (ici)  et Jean-Baptiste Lecaillon  (Roederer). (ici)

Le chef de caves appuie également sur la notion de décision personnelle, sur le choix de chacun face à son circuit de vendanges :  » On doit l’effectuer selon son style  et ainsi pouvoir trouver son bonheur car les conditions météo vont nous permettre de choisir sa propre stratégie contrairement à une vendange où la pression sanitaire serait importante. Les vendanges se suivent et ne se ressemblent pas. C’est ce qui fait le charme de ce métier. Chaque année revoir sa copie, repenser sa stratégie. » Pour ‘homme de l’art :  » C’est dans ces années-là que l’on peut faire de très grandes bouteilles. »

Toutefois si  le chef de caves de Veuve-Clicquot (remplacé par Didier Mariotti à la fin de l’année) n’ignore pas que « la vigne a souffert, du froid à certaines périodes, du chaud souvent. La quantité sera tout juste au niveau de l’appellation, parfois moins. »; il rappelle volontiers  que  » nous avons en Champagne cette fameuse RI ! « .  Et de conclure  sur une déclaration d’amour aux Champenois :  » Au final, le talent des vigneronnes et vignerons, des vinificatrices et vinificateurs va faire que nous mettrons en caves de très belles cuvées, si nous savons être patient et ne pas trop se précipiter « .

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.