Photo Michel Jolyot

Ces moments d’échanges et de convivialité que sont les assemblées générales des différentes grandes coopératives de la Champagne vont-ils disparaître dans les limbes d’une crise dont on ne voit pas la fin ? Oui c’est une évidence pour 2020. Distanciation sociale oblige, il ne sera pas possible de réunir plus cent personnes dans une salle même après le 11 mai. Ce qui limite forcément le champ d’action en termes de réception.

Pour vous dresser le tableau, on peut dire qu’une assemblée générale de grandes coopératives de champagne digne de ce nom réunit a minima 300 personnes (adhérents, personnalités locales et régionales, monde politique)  qui assistent durant trois à quatre heures aux différentes présentations de l’exercice de l’année passée (rapport moral, financier, résolutions, discours du président…).  Après le traditionnel verre de l’amitié, sur ces 300 personnes, une bonne moitié (au moins !) reste pour le banquet qui suit. Donc on a bien compris que cette année, les choses ne pourront pas être à l’identique.

Ainsi prenons la Coopérative régionale des Vins de Champagne (CRVC-champagne Castelnau), son assemblée générale ordinaire et extraordinaire est prévue pour vendredi prochain. “ Le Haut conseil de la coopération agricole (HCCA) notre organisme de tutelle nous avons accordé la possibilité de la retarder jusqu’à trois mois, mais c’est un peu compliqué ” indique Pascal Prudhomme, directeur de la structure. Après différents scénarios envisagés, elle sera repoussée au mois de juin et diffusée en visioconférence. Pour le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte, les 82 représentants des coopératives adhérentes devraient se réunir à huis clos début juin. À la Covama (champagne Pannier), prévue le 8 mai, elle aura lieu le 8 juin,, là aussi en visioconférence : ” nous avons un site extranet qui fonctionne très bien. Nous avons ajouté un logiciel qui permet d’obtenir des votes à distance. L’assemblée générale dure une heure et demie. Il y a un numéro de téléphone pour les adhérents qui souhaitent nous poser des questions et nous leur répondons par la vidéo conférence” explique Jean-Noël Pfaff, directeur général de la Covama. Quant au champagne Palmer, leur assemblée, prévue le 5 juin prochain, sera, soit reportée à plus tard, soit réalisée par le biais de la visioconférence là aussi. Pour Remi Vervier, directeur général du champagne Palmer ” la tenue formelle de l’assemblée ne m’inquiète pas nous avons les moyens techniques pour le faire, mais c’est l’aspect humain que je regrette“. Il ne sera pas le seul !

Au cas où si d’autres coopératives ou unions de coopératives souhaitent apporter leur témoignage, n’hésitez pas à m’envoyer des informations par le biais de la page Contact

 

 

1 COMMENT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.