Alors que Moët Hennessy a annoncé (lire ici) que la maison Moët & Chandon arrêtera l’utilisation des herbicides sur son vignoble en Champagne fin 2020, Stéphane Baschiera, président de Moët & Chandon, évoque le développement du marché du champagne en général et l’avenir, la stratégie et les innovations de la ‘Grande maison” .

Au sein des différentes maisons de champagne dont vous étiez et êtes le président, cela fait près de trente ans que vous connaissez le et la Champagne, comment avez vu évoluer le marché du champagne dans le monde ?

Stéphane Baschiera  : “Le marché du champagne a connu, selon moi, deux évolutions majeures. A l’export d’abord, aujourd’hui, les ventes réalisées à l’étranger sont plus importantes que celles enregistrées en France. Au-delà des marchés historiques comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis, de nombreux nouveaux marchés se sont ouverts avec une forte dynamique. Le Japon est aujourd’hui le troisième pays importateur de champagne, au début des années 2000 il occupait la septième place du classement. En 2018, la Chine, Hong Kong et Taiwan affichaient une hausse de 9% en volume avec l’importation de 4,7 millions de bouteilles contre seulement 1,5 millions il y dix ans. Nous devons aussi nous adapter à ces consommateurs qui utilisent de nouveaux canaux de communication et de distribution, souvent digitaux. L’exportation est indispensable pour le maintien de l’image de prestige du champagne, elle contribue au rayonnement du produit à l’international et au bon équilibre de l’économie du champagne.

L’autre responsable de l’évolution du marché est sans doute « le goût de l’époque », c’est-à- dire la nécessité de s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs, que ce soit en termes de goût ou de moment de dégustation. La maison Moët & Chandon a d’ailleurs su, de tout temps, s’adapter à ces nouvelles habitudes de consommation en créant de nouvelles cuvées (Ice Impérial) ou même de nouveaux formats (Mini-Moët). Ainsi, nous avons lancé Ice Impérial en 2010 pour répondre à une demande de consommation, un champagne qui se déguste maintenant dans un grand verre, accompagné de trois glaçons. Le succès a été au- delà de nos espérances et perdure depuis”.

 

 Pour vous en tant que spécialiste (et sans trahir de secret !) quelles seraient les stratégies à adopter pour ne pas se scléroser dans une appellation certes parmi les plus belles, mais qui peut sembler un peu dépassée par un monde qui bouge sans cesse ?

Stéphane Baschiera : “Le monde bouge vite, très vite. Nous devons nous adapter à de nouvelles habitudes. Le digital qui est aujourd’hui dans chacune de nos actions en est un bon exemple. S’adapter aux nouvelles générations, les inciter à innover, à se réinventer, sans concession aucune sur la qualité et l’excellence du produit. Notre Maison a toujours prôné une stratégie de valeur et poursuit cette dynamique. Nous sommes persuadés que le savoir-faire champenois est une richesse. Chez Moët & Chandon nous aimons dire que le temps est précieux. Le temps du cycle de la vigne. Le temps de l’élaboration. Le temps de la maturation. Et c’est justement ce temps long nécessaire à l’excellence de nos produits qui se doit d’être valorisé”.

3)  Outre les États-Unis, (et ce malgré les problèmes liés aux diverses taxes imposées), quels sont les marchés sur lesquels vous vous concentrez ?

Stéphane Baschiera : “La maison Moët & Chandon est depuis toujours à l’initiative d’une véritable épopée commerciale. Très tôt, elle a conquis de nouveaux marchés, dans lesquels elle a instauré un ancrage historique fort, lui permettant aujourd’hui d’être présente dans plus de 154 pays. Un bon exemple de cette approche réussie est le beau développement de la marque sur le marché japonais : ce marché avait historiquement un appétit limité pour le champagne et en 30 ans, il est devenu le troisième marché mondial sous le leadership fort de Moët & Chandon.

La Maison continue de s’ouvrir vers des marchés d’avenir comme l’Afrique, où nous rencontrons de réels succès, ou comme la Chine. Ces marchés émergents nous obligent sans cesse à explorer de nouveaux modes de consommations pour toucher ces aspirants dégustateurs, c’est l’un des moteurs de notre développement. En Chine, le champagne n’est pas associé à la célébration, à nous donc de partager notre univers avec ces nouveaux consommateurs et de répondre à leurs attentes. Des consommateurs qui sont et doivent toujours rester au cœur de notre attention “.

La suite “ICI”

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.