Les conclusions du groupe de travail des Vignerons indépendants de Champagne sur les vignes semi-larges (VSL), piloté par Eric Coulon, à la demande du président Yves Couveur, sont sans appel: il est urgent de ne pas se précipiter sur ce dossier. Pour rappel le vote est prévu au mois de juillet (lire ici).

« La conclusion du groupe est de demander un report pour faire de nouvelles dégustations et analyses qualitatives, pour aller plus loin dans un débat qui va engager toute notre profession pour les prochaines années, mais aussi pour les générations à venir » explique Yves Couvreur président des Vignerons Indépendants de Champagne dans un communiqué.
Même s’ils se félicitent de la réponse environnementale que proposent les VSL, le premier point de réflexion de ces vignerons qui font leurs propres vins est  » quid de la qualité des champagnes? « . Cette synthèse du rapport (remis par le CIVC à la demande de l’ODG) leur apparaît très partielle: si dans 2/3 des cas il n’y a « aucune différence significative », dans 37% des situations les échantillons ont été jugés « différents » avec des explications trop synthétiques. Plus inquiétant, près de la moitié des vins de base et des tirages de plus de 36 mois, donc de très nombreux vins, «sont considérés comme discriminants». Il apparaît au groupe que ces analyses sont trop sommaires au regard des enjeux qualitatifs qui attendent la Champagne face à la concurrence. Il n’y a donc pas eu de réflexion poussée sur l’amélioration de la qualité des vins de champagne, au moment où la profession est attendue sur ce sujet.
Les Vignerons Indépendants de Champagne s’inquiètent aussi du manque de vision sur le long terme que ce changement majeur va apporter pour les petites exploitations vigneronnes sur les aspects sociaux et même éthiques, notamment sur le maintien des emplois d’ouvriers viticoles. Ils ont bien noté que chaque producteur pourra choisir son mode de production, et quand bien même : « il manque un vrai débat philosophique et culturel, est-ce que les VSL portent la qualité de nos vins de Champagne vers le haut? Nous avons l’impression que la motivation principale est la diminution des coûts» s’interroge Eric Coulon.
Ils ont également mis en avant le peu de recul de l’étude sur le stress hydrique que subissent les vignes ces dernières années, ainsi que le renouvellement plus fréquent des plantations, étant une nouvelle fois un handicap pour faire des vins qualitatifs.
Le groupe de travail se félicite toutefois de la possibilité mise en avant par l’ODG par voie de presse de densifier la plantation, une bonne solution pour avoir davantage de vins de qualité car moins de raisins par pied.
A date, la Champagne possède un cahier des charges de l’appellation suffisamment riche pour nous permettre de prendre plus de temps, notamment pour écouter les 20 000 déclarant de récolte, toutes et tous membres et partie prenante de l’ODG.
408 Vignerons Indépendants, sont adhérents à la Fédération Régionale des Vignerons Indépendants de Champagne. Ils représentent près de 2 750 ha, soit 8 % du vignoble champenois et produisent entre 16 et 20 millions de bouteilles par an.

 Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.