Vins clairs 2018 avec Hervé Deschamps et Séverine Frerson (Perrier-Jouët)

Severine Frerson, chef de caves adjointe et Hervé Deschamps, chef de caves de Perrier-Jouët.
Severine Frerson, chef de caves adjointe et Hervé Deschamps, chef de caves de Perrier-Jouët.

Voilà le duo du moment en Champagne, celui dont on parle ou dont on a beaucoup parlé  ! Séverine Frerson et Hervé Deschamps, respectivement chef de caves adjoint et chef de caves du champagne Perrier-Jouët, un joli couple de professionnels pour une dégustation de vins clairs de la vendange 2018.

Le feuilleton continue, après Hervé Dantan (Lanson), Dominique Demarville (Veuve-Clicquot) et Laurent Fédou (Canard-Duchêne), c’est donc dans la villa Perrier-Jouët  à Epernay que les deux chefs de caves me reçoiventLe lieu est comme un écrin puisqu’à l’intérieur sont présentés des œuvres et des  pièces uniques des plus grands noms de l’Art nouveau, de Majorelle et Guimard en passant par Lalique et Rodin.

Un passage de relais

Dans ce cadre “Belle Epoque”, on peut mieux apprécier cette nouvelle image de Perrier-Jouët  qui bénéficie désormais d’une touche féminine, celle de Séverine Frerson. Petite, blonde, fine,  derrière cette silhouette de tanagra, la dame a du caractère (il en faut dans ce boulot !) et est dotée d’une belle expérience. Juste ce qu’il faut pour accompagner Hervé Deschamps, le maître de l’art de la maison, président de l’association des chefs de caves en Champagne, dont les proches ou moins proches apprécient la jovialité et le rire communicatif.  Débuté cet automne, ce  passage de relais semble partir sous de bons auspices. Au sein de la maison, Hervé Deschamps, chef de caves Perrier-Jouët depuis 1993, prépare ainsi tranquillement sa succession en avec Séverine Frerson. Elle sera alors la 8 ème chef de caves depuis la création de la marque.

Un premier assemblage en binôme

Quelques vins sont proposés à la dégustation. Ainsi Cramant, Chouilly, ces chardonnays, dont j’ai déjà évoqué le caractère un peu lisse, ne dérogent pas à la règle de l’année. C’est joli, mais les vins manquent un peu de “pêche”. On retrouve toutefois une  très belle tension sur des pinots noirs de Mailly-Champagne à laquelle s’ajoute une combinaison d’arômes et de profondeur. C’est un meunier de Dizy qui s’avère exceptionnel par son parfum et sa structure. Un petit bijou !

Les vins issus de la vendange 2018 représentent donc le premier assemblage du Grand Brut Perrier-Jouët  élaboré de concert par  le binôme Séverine Frerson et Hervé Deschamps. Un assemblage qui, avec cette déroutante vendange 2018,  varie un tantinet avec une plus forte proportion de meunier par rapport à l’élaboration habituelle. Soit 22% de pinots noirs 20% de chardonnays et 58% de meuniers ( traditionnellement, c’est 40% pinots noirs, 20% de chardonnays et 40% de meuniers). Pour Hervé Deschamps, ces vins sont toutefois une bonne surprise : ” En fait, il n’y a pas de défaut. Peut-être un léger manque d’expression Juste après la vendange, j’ai eu un peu peur, je m’attendais à moins bien. Ils manquaient de vivacité et de tension. Pourtant nous nous rendons-compte qu’après le passage au froid on retrouve un bel acidulé. C’est très prometteur.”  Tellement prometteur que le chef de caves le compare au très beau millésime 1989 ample et puissant. On l’espère …

Dégustation de vins clairs dans les salons de la villa Perrier-Jouët.
Dégustation de vins clairs dans les salons de la villa Perrier-Jouët.
Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.